A A A A A
2 Rois 1
14
Un feu est descendu du ciel et a dévoré les deux premiers cinquanteniers et leur cinquantaine; mais maintenant, que ma vie ait quelque prix à tes yeux!"
Française Bible Jerusalem 1998

14
Voici que le feu est descendu du ciel et a consumé les deux premiers chefs de cinquante et leur cinquante hommes; mais maintenant que ma vie soit précieuse à tes yeux!»
Française La Bible Augustin Crampon 1923

14
Voici, le feu est descendu du ciel et a consumé les deux premiers chefs de cinquante et leurs cinquante hommes: mais maintenant, que ma vie soit précieuse à tes yeux!
Française Bible 1910

14
Le feu est déjà descendu du ciel, et il a dévoré les deux premiers capitaines, et les cinquante hommes (soldats) que commandait chacun d'eux ; mais je vous supplie maintenant de me sauver la vie (d'avoir pitié de mon âme).
Française Bible Vigouroux 1902

14
Voici, le feu est descendu du ciel et a dévoré les deux premiers chefs de cinquante hommes et leurs cinquante hommes...; et maintenant, que ma vie soit précieuse à tes yeux !
Française Bible Bovet Bonnet 1900

14
Voici, le feu est descendu des cieux et a dévoré les deux premiers chefs de cinquantaine et leurs cinquantaines: mais maintenant, que ma vie soit précieuse à tes yeux.
Française Bible Darby

14
Voici, le feu est descendu des cieux, et a consumé les deux premiers capitaines de cinquantaine, avec leurs cinquante hommes; mais maintenant, que ma vie soit précieuse à tes yeux!
Française Bible Ostervald

14
Voici, le feu est descendu des cieux, et a consumé les deux premiers capitaines de cinquantaine, avec leurs cinquante hommes; mais maintenant, que ma vie soit précieuse à tes yeux!
Française Bible Machaira

14
Voilà que le feu est descendu du ciel, et a consumé les deux premiers capitaines de cinquante et leurs cinquante hommes; mais maintenant, puisse ma vie être précieuse à tes yeux!
Française Perret-Gentil et Rilliet 1847

14
Voilà, le feu est descendu des cieux, et a consumé les deux premiers capitaines de cinquante hommes, avec leurs cinquantaines; mais maintenant [je te prie], que tu fasses cas de ma vie.
Française Martin 1744