La Bible en un an
Septembre 21


Cantique des Cantiques 1:1-17
1. Cantique des Cantiques, de Salomon.
2. Qu'il me baise des baisers de sa bouche. Tes amours sont plus délicieuses que le vin;
3. l'arôme de tes parfums est exquis; ton nom est une huile qui s'épanche, c'est pourquoi les jeunes filles t'aiment.
4. Entraîne-moi sur tes pas, courons! Le roi m'a introduite en ses appartements; tu seras notre joie et notre allégresse. Nous célébrerons tes amours plus que le vin; comme on a raison de t'aimer!
5. Je suis noire et pourtant belle, filles de Jérusalem, comme les tentes de Qédar, comme les pavillons de Salma.
6. Ne prenez pas garde à mon teint basané: c'est le soleil qui m'a brûlée. Les fils de ma mère se sont emportés contre moi, ils m'ont mise à garder les vignes. Ma vigne à moi, je ne l'avais pas gardée!
7. Dis-moi donc, toi que mon coeur aime: Où mèneras-tu paître le troupeau, où le mettras-tu au repos, à l'heure de midi? Pour que je n'erre plus en vagabonde, près des troupeaux de tes compagnons.
8. Si tu l'ignores, ô la plus belle des femmes, suis les traces du troupeau, et mène paître tes chevreaux près de la demeure des bergers.
9. A ma cavale, attelée au char de Pharaon, je te compare, ma bien-aimée.
10. Tes joues restent belles, entre les pendeloques, et ton cou dans les colliers.
11. Nous te ferons des pendants d'or et des globules d'argent. --
12. Tandis que le roi est en son enclos, mon nard donne son parfum.
13. Mon bien-aimé est un sachet de myrrhe, qui repose entre mes seins.
14. Mon bien-aimé est une grappe de cypre, dans les vignes d'En-Gaddi. --
15. Que tu es belle, ma bien-aimée, que tu es belle! Tes yeux sont des colombes. --
16. Que tu es beau, mon bien-aimé, combien délicieux! Notre lit n'est que verdure. --
17. Les poutres de notre maison sont de cèdre, nos lambris de cyprès. --

Cantique des Cantiques 2:1-17
1. Je suis le narcisse de Saron, le lis des vallées. --
2. Comme le lis entre les chardons, telle ma bien-aimée entre les jeunes femmes. --
3. Comme le pommier parmi les arbres d'un verger, ainsi mon bien-aimé parmi les jeunes hommes. A son ombre désirée je me suis assise, et son fruit est doux à mon palais.
4. Il m'a menée au cellier, et la bannière qu'il dresse sur moi, c'est l'amour.
5. Soutenez-moi avec des gâteaux de raisin, ranimez-moi avec des pommes, car je suis malade d'amour.
6. Son bras gauche est sous ma tête et sa droite m'étreint. --
7. Je vous en conjure, filles de Jérusalem, par les gazelles, par les biches des champs, n'éveillez pas, ne réveillez pas mon amour, avant l'heure de son bon plaisir.
8. J'entends mon bien-aimé. Voici qu'il arrive, sautant sur les montagnes, bondissant sur les collines.
9. Mon bien-aimé est semblable à une gazelle, à un jeune faon. Voilà qu'il se tient derrière notre mur. Il guette par la fenêtre, il épie par le treillis.
10. Mon bien-aimé élève la voix, il me dit: "Lève-toi, ma bien-aimée, ma belle, viens.
11. Car voilà l'hiver passé, c'en est fini des pluies, elles ont disparu.
12. Sur notre terre les fleurs se montrent. La saison vient des gais refrains, le roucoulement de la tourterelle se fait entendre sur notre terre.
13. Le figuier forme ses premiers fruits et les vignes en fleur exhalent leur parfum. Lève-toi, ma bien-aimée, ma belle, viens!
14. Ma colombe, cachée au creux des rochers, en des retraites escarpées, montre-moi ton visage, fais-moi entendre ta voix; car ta voix est douce et charmant ton visage."
15. Attrapez-nous les renards, les petits renards ravageurs de vignes, car nos vignes sont en fleur.
16. Mon bien-aimé est à moi, et moi à lui. Il paît son troupeau parmi les lis.
17. Avant que souffle la brise du jour et que s'enfuient les ombres, reviens! Sois semblable, mon bien-aimé, à une gazelle, à un jeune faon, sur les montagnes de Bétèr.

Psaumes 104:1-9
1. Bénis Yahvé, mon âme. Yahvé, mon Dieu, tu es si grand! Vêtu de faste et d'éclat,
2. drapé de lumière comme d'un manteau, tu déploies les cieux comme une tente,
3. tu bâtis sur les eaux tes chambres hautes; faisant des nuées ton char, tu t'avances sur les ailes du vent;
4. tu prends les vents pour messagers, pour serviteurs un feu de flammes.
5. Tu poses la terre sur ses bases, inébranlable pour les siècles des siècles.
6. De l'abîme tu la couvres comme d'un vêtement, sur les montagnes se tenaient les eaux.
7. A ta menace, elles prennent la fuite, à la voix de ton tonnerre, elles s'échappent;
8. elles sautent les montagnes, elles descendent les vallées vers le lieu que tu leur as assigné;
9. tu mets une limite à ne pas franchir, qu'elles ne reviennent couvrir la terre.

Proverbes 24:15-16
15. Ne t'embusque pas, méchant, près de la demeure du juste, ne dévaste pas son habitation.
16. Car le juste tombe sept fois et se relève, mais les méchants trébuchent dans l'adversité.

1 Corinthiens 11:17-34
17. Et puisque j'en suis aux recommandations, je n'ai pas à vous louer de ce que vos réunions tournent non pas à votre bien, mais à votre détriment.
18. Car j'apprends tout d'abord que, lorsque vous vous réunissez en assemblée, il se produit parmi vous des divisions, et je le crois en partie.
19. Il faut bien qu'il y ait aussi des scissions parmi vous, pour permettre aux hommes éprouvés de se manifester parmi vous.
20. Lors donc que vous vous réunissez en commun, ce n'est plus le Repas du Seigneur que vous prenez.
21. Dès qu'on est à table en effet, chacun prend d'abord son propre repas, et l'un a faim, tandis que l'autre est ivre.
22. Vous n'avez donc pas de maisons pour manger et boire? Ou bien méprisez-vous l'Eglise de Dieu, et voulez-vous faire honte à ceux qui n'ont rien? Que vous dire? Vous louer? Sur ce point, je ne vous loue pas.
23. Pour moi, en effet, j'ai reçu du Seigneur ce qu'à mon tour je vous ai transmis: le Seigneur Jésus, la nuit où il était livré, prit du pain
24. et, après avoir rendu grâce, le rompit et dit: "Ceci est mon corps, qui est pour vous; faites ceci en mémoire de moi."
25. De même, après le repas, il prit la coupe, en disant: "Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang; chaque fois que vous en boirez, faites-le en mémoire de moi."
26. Chaque fois en effet que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne.
27. Ainsi donc, quiconque mange le pain ou boit la coupe du Seigneur indignement aura à répondre du corps et du sang du Seigneur.
28. Que chacun donc s'éprouve soi-même, et qu'ainsi il mange de ce pain et boive de cette coupe;
29. car celui qui mange et boit, mange et boit sa propre condamnation, s'il ne discerne le Corps.
30. Voilà pourquoi il y a parmi vous beaucoup de malades et d'infirmes, et que bon nombre sont morts.
31. Si nous nous examinions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés.
32. Mais par ses jugements le Seigneur nous corrige, pour que nous ne soyons point condamnés avec le monde.
33. Ainsi donc, mes frères, quand vous vous réunissez pour le Repas, attendez-vous les uns les autres.
34. Si quelqu'un a faim, qu'il mange chez lui, afin de ne pas vous réunir pour votre condamnation. Quant au reste, je le réglerai lors de ma venue.